J'ai totalement arrété le zyprexa depuis une semaine. J'ai des difficultés à m'endormir, je ne m'endors pas avant 3 ou 4 heures du matin. Ce soir je me sens vulnérable, fragile pas très loin de ressentir de l'angoisse. Je vois à nouveau la vie avec les mêmes yeux qu'avant et je me retrouve si l'on veut dans la même merde. Voilà pas très gai tout ça. D'ici un ou deux mois il me faudra retourner travailler à faire un travail totalement inintéressant et répétitif. Un travail manuel. J'ai tenu en étant sous zyprexa, tiendrais-je avec le retour de mes états d'âmes et de mes fragilités ? J'envisage un métier dans le secteur médical mais serais je à nouveau capable d'entrer en relation avec les gens, de les toucher comme lors de stages où j'étais encore sous zyprexa et anti-depresseurs?

La vie est plus facile sous zyprexa et anti-dépresseurs. Nos êtats d'âmes y sont monoblocs, sans nuance. On fait point. Avec un détachement énorme.

Je me sens comme un pantin à qui on vient de couper les fils. Débrouille toi maintenant, avance, reprends le court merdique de ta vie mais sans filet, sans ce détachement qui repose la tête et les nerfs.

Demain j'irais marcher, prendre l'air et ça ira peut être mieux. Il me faut ré-apprivoiser mes affects, mes peurs, mes doutes.